Je veille sur les lézardes
des murs, veille à la fenêtre
pour que le jour paraisse et rôde
tout le jour et tout le soir, prolonge une tendre soif
attendue par le silence
rêvée par un corps en filaments
je caresse des ombres, des peaux que personnes n’a encore vues



Poète/
par le vide, tu entres
dans la langue, par le souffle
tu maintiens
la vie



(écrire) : « j’ai lu une phrase un jour, qui a retourné toute ma langue, depuis je la cherche, cette phrase, j’écris à la poursuite d’une phrase, dans l’état de conversion où elle m’a laissée, je voudrais qu’elle revienne à mes lèvres, qu’elle soit le dernier visage entrevu, je voudrais, l’ayant trouvée, cesser d’écrire-mais elle m’obsède comme voir la mort à l’œuvre, comment se détacher de ça et pourquoi tout le reste est « stupide » ?
Je reste dans la stupeur du mort, de la phrase, de son trait agonique, du côté de la face noire et brulée du mot, du côté de l’œil se retournant blanc et dans l’organique, j’écris, présence, chair, tissu-peau... EXTRAIT

19/03 2016 : Le printemps des poètes au "Comptoir des Images", Angoulême, en présence de mon éditeur Marc Granier, MERVEILLEUSE JOURNéE...
...récidive en 2017, exposition de mes photos grand format, visibles sur ce blog

extraits d'Asphalte

recueil "auto-géré", accompagné de 4 dessins originaux de l'auteur, pour les fans...

Le soleil fume sur la vitre
je glisse des bas noirs pour liquider la rue

fenêtres vides, quartiers de ciel
mousses qui chutent, le sol est fait pour résonner


Ouverte
au vent
des hommes
morcelés

entière, je me suis
coulée


Je reste
en ces rives
bateau-chimère
que l'onde plate
même déserte
et je pense à mes amours
comme à des papillons
cloués

EXEMPLAIRES à 15 euros, voir le libellé "me joindre"

PROCHAINEMENT DANS VOS KIOSQUES :

juillet-aout 2015, Mémoire d'Angles, éd.Les Monteils, Marc Granier